dimanche 26 septembre 2010

De la magie dans nos vies

Chaque nouvelle journée que la vie vous apportera à Marrakech sera teintée d'un soupçon de magie. Quelle soit noire ou blanche, vous serez bluffés.

Que serait une vie d'expatrié sans ces rencontres qui enrichissent notre quotidien? Vous ne savez jamais lorsque vous tomberez sur la perle rare. L'oeil habituellement attentif, c'est lorsque vous baisserez la garde qu'au détour il vous attendra. Par un bel après-midi de printemps, lorsque les citrons étaient bien jaunes et bien ronds, il avait sorti ses plus beaux atouts, à croire qu'il se préparait à conter fleurette...



Marrakech c'est aussi un retour dans le temps et parfois, c'est bien plaisant! Souvenez-vous des jours où il faisait bon d'être enfant pour que les parents qui nous aimaient nous concoctent un anniversaire qui, dans mes meilleurs souvenirs, se résume à ça:




Il n'y a rien de plus beau, il n'y a rien de meilleur. Tenez-vous le pour dit.

Et que dire de cette journée où, après le travail, vous vous rendez au marché des fleurs et qu'à la suite d'une courte négociation (et plus que satisfaisante) vous repartez avec un énorme bouquet de 100 roses. Il faudra plus d'une heure pour les regrouper, les tailler et les répartir avant que le charme opère dans la maison.




(Note to myself: en faire entrer davantage, sur une base plus régulière. C'est si beau.)

Mais ce qui vous enchantera le plus, vous n'aurez même pas à le chercher. Ni à l'acheter ou le confectionner. Il sera là, à tous les jours, vous rejoindra partout où vous êtes (à condition d'être ici bien entendu!) Dans une même journée, vous aurez 5 chances d'observer se phénomène évocateur. Je ne crois pas que cet esprit rassembleur puisse vous laisser indifférent. Arrêtez, regarder les gens, et écoutez cette voix...



Pour la petite histoire, la mosquée en premier plan est celle qui se trouve devant mon travail. L'Imam qui y annonce la prière est une rock star. Il s'égosille pour ses fidèles et rend le moment assez intense pour les ''spectateurs''. Venez-y un vendredi, vous verrez...

Rassurez vous, pas besoin de venir si loin pour trouver la magie, il suffira d'être attentif et ça, c'est ce qu'on oublie le plus rapidement dans le tourbillon de la vie.


mercredi 1 septembre 2010

Oyé, oyé!

Puisque le 1er septembre est officiellement MA journée, je me proclame reine de ce jour magnifique!

Je ne tarderai pas plus longtemps pour clamer haut et fort les grossièretés observées dans mon royaume. Je ne vous parlerai pas ici d'une vulgaire femme faisant du vol à l'étalage sous le couvert de son niqab ou du chauffeur de taxi voulant vous escroquer parce que vous avez les cheveux blonds comme l'or ou le gamin qui vous met la main aux fesses puisqu'il n'en a sans doute jamais vu des comme celles-ci. Non, la souffrance de mon royaume est plus profonde.

Il y a 5 mois, ouvrait ses portes à Marrakech le plus grand centre commercial du Maroc. Ils comptaient sur des enseignes comme Le Carrefour (marché d'alimentation) ou Virgin Mégastore (tout pour les multimédias) pour faire le succès de leur ambitieux projet. C'était pas complètement fou.

Ce ne sera pas la première fois qu'on assiste à la grande farandole: approvisionnement défaillant, instabilité des offres, gérance inexistante, établissement inadapté, inachevé...Une fois de plus, ils n'auront pas su créer les bases solides de la Big Picture.

Avant mon accès au trône, je me suis rendue chez Carrefour pour la première fois. (Le reste avait été visité au préalable.) À nous la grande surface qui respire l' Europe. STOP!!! En se rendant au Carrefour, au coin de Souk Urbain et Insalubrité, j'ai été prise d'une attaque de panique. Des tuiles grises qui collent sous vos pieds, des joints noirs, l'odeur de la poissonnerie qui vous accroche les narines depuis l'autre extrémité du magasin, de vulgaires enceintes qui crachent à vos oreilles une musique ''dérythmée'' orientale qui n'est certes pas d'ambiance. Un bazar. Un bordel incommensurable. Juste le temps d'attraper 3 sacs de pains Jacquets, question de se sentir à la maison et sauve qui peut.

C'est peut-être Ramadan, il était peut-être 16h30 mais ce n'est pas une raison acceptable pour faire preuve d'une si grande insolence.

J'ai été dégoûté. À un point tel que j'estime que le directeur de Marjane (l'autre marché d'alimentation, le nôtre) à de quoi dormir sur ses 2 oreilles, en autant qu'il ne s'assoit pas sur ses lauriers...


Pour vous donner un léger aperçu...ou quand les esprits s'échauffent pour des tomates.



Le reste de MA journée sera rempli de mots doux, de moments agréables et je déclare les célébrations ouvertes!

samedi 28 août 2010

Marrakech dans tous ses états

Il y avait dans l'air une certaine part de mystère. Une journée accablante passée sous un soleil plombant à 48.98 Celsius. Mais ce n'est que lorsque ce Chergui vous perce la peau et qu'au loin un énorme nuage rose de sable semble engouffrer l'horizon que vous comprendrez l'intensité de ce qui suivra. Un spectacle magnifique d'ombre et de lumière.





Comme des vaisseaux sanguins qui font vivre cette belle planète...

lundi 16 août 2010

It's the end of an era

1 mois sans connexion Internet décente, sans moment privé devant l'écran, 138 nouveaux courriels plus tard, j'ai envie plus que jamais de vous parler.

Je suis une personne habitée par le passé. 27 années de séquences de vie compressées derrière un visage qui ne se trahira jamais ou du moins, qui fait constamment les efforts nécessaires. En 20 mois au Maroc, j'ai eu le temps de stocker assez de mauvaises odeurs, de situations désolantes, de paysage magnifiques et d'amitiés précieuses pour ressentir le besoin de faire un grand ménage. Littéralement!

C'était la première fois que j'ouvrais les portes de ma garde-robe avec en tête un seul objectif: Adios mes pauvres vêtements auxquels je suis trop attachée! La tâche semble simple mais sachez que chaque pièce a son histoire, son moment de gloire ou de grande noirceur.

J'ai ressenti ce besoin d'espace au moment même ou l'espace en question était à son plus faible niveau: le déballage de quatre valises totalisant près de 70kg et 2 bagages à main...

Dans ce carnage, je ne pouvais passer sous silence la perte de ce T-shirt:



Mon premier investissement vestimentaire: de marque Imperial, payé 75$, devenu le top 911 par excellence. May you rest in peace. (Les Hudson on fait le repêchage cependant!)


Vient ensuite l'une de mes grandes fiertés Winners (parmi tant d'autre!): ce haut BCBG à prix cassé. Que dire de ce pantalon Créton pratiquement indestructible. Porté jusqu'à l'hiver dernier, dans mes valises depuis le secondaire 5 (10 ans my friends!). Même pas honte!




Dans la foulé, l'ouragan est passé par l'armoire à chaussure. Rien de notable, que de bons services rendus. Sniff.

Voilà que vous venez d'assister au commencement d'une profonde démarche. Quelle soit superficielle ou existentielle, toute quête est bonne à entreprendre, ça prouve qu'on avance.

mercredi 7 juillet 2010

Des rencontres qui font du bien

Ça ne fait que 2 mois qu'ils sont entrés dans nos vies mais les rencontres se multiplies et semblent exponentielles! Le récit qui suit pourrait être le témoin du début d'une belle aventure...

Revenons un peu dans le temps, lorsqu'un ''spécialiste'' dit à l'Homme : '' Tu ne boiras plus, le jogging tu ne pratiqueras plus.'' Aussi bien se coucher dans un cercueil, non!? N'écoutant que son corps, le condamné repris l'entraînement et avouons-le franchement, l'objectif est un marathon. Ça vous donne une idée de l'intensité?

Il y a de ça 1 mois, une invitation a été lancée: parcourir 20km lors la course de l'Ultra Trail Atlas Toubkal qui se tenait le 1er et 2 juillet dernier. Objectif: Revenir à temps pour le match Pays-Bas vs Brésil. Fafa!

La veille du départ nous sommes arrivés sur place pour assister à la fin de la course ralliant 45km de montagne: un peu plus de 10 heures pour le dernier...Une semence de doute a germé.

La soirée fut ponctuée d'une multitude de questions: ''Bâtons, pas de bâtons?'' ou '' Manches longues, manches courtes?'' , ''3 ou 7 bouteilles d'eau?'' , ''Pays-Bas ou Brésil?''

Les 5 courageux se sont présentés devant l'objectif quelques minutes avant le départ,




pour ne revenir qu'environ 6h plus tard.

Ils ont couru à travers les montagnes,



les villages,



et les gens.




La fin du tracé ressemblait à ça. Vous voyez la petite ligne orange?



Mais cette fin de parcours n'était pas sans peine. Ils ont du monter, monter, monter. Monter pendant près de 3 heures un dénivelé d'environ 900m sur 3 km.




Objectif: atteindre les drapeaux rouges!






Paraît-il qu'on ressent la même sensation lorsqu'on est admis au paradis.







Je dois lever mon chapeau à Diego, Hugo, Christian, Tony et Denis.

mercredi 23 juin 2010

Quand c'est trop, c'est trop!

En deux jours, il en a encaissé deux solides! Commençons par hier. En se rendant dans une jolie boutique spécialisée dans le travail du cuir sous toutes ses formes, l'homme tombe nez à nez avec un polo vert, de la même marque... Tout bonnement, je l'invite à visiter le sous-sol du dit établissement pour lui montrer, haheum, le reste de la collection. L'homme, qui arpente très peu les rues de cette ville, est alors subjugué par cette découverte mais ses mots trahissent son dégoût. BANG! Quelle fleur bleue!



Cet après-midi, à peine le temps de remonter sur sa chaise, nous nous rendons au petit marché tout près. Au menu, pizzas maisons et petits extras. Total: 118,50 Dirhams. Il donne 120 Dhs. Je quitte la scène mais j'entends quelque chose de familier: "Ouais mais, j'attends la monnaie!" "Oui, oui, c'est ça Monsieur!" La main tendue devant, mon homme me présente 1 Dhs et..... 1 bonbon. Total: 1,50 Dhs de monnaie!!



S'en était trop! De retour à la maison, il fait beau, il fait chaud, la lumière est belle et il n'en fallait pas plus pour en ouvrir une. La première.






Je ne suis pas déçue, ni soulagée, ni heureuse. L'analyse est en cours...

Ce que l'on sait par contre, c'est qu'il ne reste que 22 journées à 40 degrés avant de venir se rafraîchir au Québec!

Bonne St-Jean les amis! (Où que vous soyez, ne mangez pas de gâteau!!)